• Le potimarron-lanterne

     

    Le potimarron-lanterne

    En ce premier novembre, voici une autre illustration de l'usage que l'on peut faire d'une citrouille après avoir consommé sa chair :

    Cette sculpture se rencontre souvent dans les pays anglo-saxons lors de la fête d'Halloween (la fête des morts).

    Jack-o’-lantern (Jack O’Lantern ou Citrouille-lanterne) est un personnage traditionnel de la fête d'Halloween : c'est une citrouille évidée et éclairée de l'intérieur avec une bougie dans laquelle un visage souvent grimaçant a été découpé. Le terme "Jack à la lanterne" apparu en 1750 désignait à l'origine un veilleur de nuit ou quelqu'un portant une lanterne. La tradition irlandaise de creuser des navets lors de la nuit d'Halloween (en souvenir des âmes perdues comme celle de Jack) fut vite remplacée, lors de l'exode massif des Irlandais vers les Amériques en 1845-1850 (Grande famine en Irlande) par l'envie de creuser des citrouilles qu'ils trouvèrent sur place. Cette tradition, plutôt campagnarde, n'est devenue vivace partout aux États-Unis que depuis le début du XXème siècle. Les citrouilles utilisées sont d'une variété particulière de ce cucurbitacée orange appelées "Jack-o-Lantern" , elles sont devenues rapidement le symbole majeur de la fête d'Halloween grâce à leur forme régulière, rappelant un visage et la facilité avec laquelle on peut les creuser. (Wikipedia)

    Et voici une version de ce conte populaire :

    La légende de Jack-O-Lantern

    Un soir, dans une sombre taverne, Jack, un maréchal-ferrant irlandais voleur et ivrogne, mais rusé, rencontra le diable. Ce dernier, comme à son habitude, tenta de convaincre Jack de lui laisser son âme et d'accomplir en échange l'un de ses voeux… Sur le point d'accepter, Jack, demanda alors au Diable de lui offrir un dernier verre avant qu'il n'accepte le pacte. Le Diable se transforma alors en pièce de six pence afin de payer le tavernier. Mais Jack empoigna rapidement la pièce et la glissa dans sa bourse. Or, celle-ci contenait une croix d'argent et ainsi le Diable ne pouvait plus se retransformer, restant prisonnier sous la forme de cette petite pièce ! Jack lui offrit alors de le libérer en échange de la promesse qu'il ne vienne pas réclamer son âme avant que ne se soient écoulées dix années. Le Diable accepta

    Dix ans plus tard, Jack rencontra donc à nouveau le Diable sur une route de campagne : ce dernier lui réclama son âme. Jack, réfléchissant à toute allure, dit alors : " Je vais venir, mais d'abord pourrais-tu cueillir une pomme de cet arbre pour moi? ". Le Diable grimpa sur les épaules de Jack et s'accrocha aux branches du pommier. Jack sortit alors son couteau et sculpta une croix sur le tronc de l'arbre. Le diable était à nouveau pris au piège. Le rusé Jack obtint cette fois-ci du Diable la promesse qu'il ne prenne jamais son âme en enfer en échange de quoi il le laisserait partir. Sans autre solution, le Diable accepta et Jack effaça la croix du tronc.

    Jack mourut quelques années plus tard en s'étouffant avec un navet qu'il avait volé dans un champ. Mais il se vit refuser l'entrée du paradis à cause de sa vie pleine d'escroqueries et de beuveries. En désespoir de cause, son navet à la main, il se rendit chez le Diable. Aux portes de l'enfer, celui-ci lui rappela qu'il avait fait la promesse de ne pas prendre son âme.

    - "Mais où vais-je aller ?" demanda Jack.
    - "Retourne d'où tu viens !" lui répondit le Diable en lui indiquant un chemin noir qui s'enfonçait dans la nuit.

     
    Il faisait nuit, froid et un grand vent soufflait. Coincé entre l'enfer et le paradis, Jack demanda alors au Diable si il n'avait pas de quoi l'éclairer sur la route. Dans un geste de bonté, le Diable lui donna une braise (cela ne manquait pas chez lui…). Jack creusa son navet et y pratiqua des ouvertures puis il mit la braise à l'intérieur pour la protéger du vent glacé. Depuis ce jour, Jack est condamné à errer pour toujours comme une âme en peine au milieu des ténèbres avec sa lanterne...

     

      

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :